3 - Equipe ASG : Agricultures en mutation, Stratégies des ménages et Gestion des ressources

Contexte et enjeu

Date de mise à jour : 2 mai 2012

L’équipe s’intéresse à l’évolution des modes de production agricole dans un contexte de globalisation des échanges. Elle étudie, d’une part, la consolidation de l’offre de produits agricoles par un petit nombre de firmes agricoles ; d’autre part, elle met en avant les mutations des systèmes d’activités des ménages agricoles comme forme persistante et adaptable d’organisation de la production. Enfin, elle s’interroge sur la durabilité des formes de recomposition des agricultures en prenant en compte la pression sur les ressources qu’elles induisent.

Évolution des structures d’exploitation : agriculture(s) salariale(s) / agriculture(s) familiale(s)

Si les agricultures familiales représentent la forme dominante d’organisation de l’activité agricole au niveau mondial, certaines tendances à l’œuvre dans la période actuelle remettent dans le débat la question ancienne en économie (et en économie politique) de l’alternative que représentent des formes d’organisation reposant de manière exclusive sur le salariat. Cette question se pose de manière renouvelée dans une période marquée par des processus de concentration de l’offre agricole via le jeu d’un nombre réduit de grandes entreprises prenant des positions oligopolistiques sur les marchés agricoles (en production et commercialisation). Ce dernier point appelle la question de l’évolution du salariat agricole  dans le contexte concurrentiel de l’insertion dans la division internationale du travail : modifications des conditions de travail, évolution des compétences requises sur les exploitations, féminisation. Mais, il pose aussi la question de la complémentarité des différentes formes de production engagées, par exemple, dans des relations d’agriculture contractuelle.

Adaptation des ménages agricoles : gestion familiale et intra-familiale des risques 

La persistance des formes familiales de production agricole a largement été documentée. Elle est dite reposer principalement sur leur capacité d’adaptation à un environnement socio-économique changeant. Les ressorts de résistance de l’agriculture familiale semblent pourtant aujourd’hui être modifiés : variabilité temporelle rapide de l’environnement, intervention importante des ONG et bailleurs de fonds, développement des nouvelles technologies de l’information,  place des femmes dans la famille sont autant de points qui demandent étude et discussion. Dans un contexte d’imperfection des marchés (crédit, travail, intrants …) la pluriactivité des ménages ruraux et les opportunités de commercialisation de la production et d’accès aux marchés (versus agriculture de subsistance) sont deux éléments constitutifs de la viabilité des formes d’organisation de la production. Pour autant, production agricole ne signifie pas sécurité alimentaire chez les ménages ruraux, en particulier pour ce qui concerne la nutrition des membres des familles.

Durabilité des systèmes de production et d’activités : ressources et développement rural

Sur la base de l’analyse des recompositions des agricultures et des changements de comportements des ménages agricoles, la question est posée de la durabilité des systèmes de production et d’activités. On analyse la pression sur les ressources locales (en particulier, terre, travail, eau), et les impacts de ces évolutions en termes de pauvreté. Dans le contexte de pression potentielle sur les ressources, on se demandera quelles politiques publiques sont à même de concilier  des conséquences bénéfiques sur la pauvreté avec un usage durable des ressources naturelles, afin de garantir un développement durable des territoires ruraux, notamment en matière environnementale.

Date de mise à jour : 2 mai 2012

Cookies de suivi acceptés